Le 16 mars dernier au matin, l’APEPP en la personne de son président a constaté la présence d’une pollution des eaux et de la végétation au niveau de la fontaine de l’Auget, depuis son bassin jusqu’après le petit pont de traverse menant à l’étang de la Cavée du Gué.

Cartographie de la pollution (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

La pollution se caractérisait par un flot blanchâtre, avec une eau blanche un peu grumeleuse. L’eau encore souillée dans le bassin dégageait une légère odeur synthétique, laissant penser au déversement sauvage des effluents de rinçage d’un contenant de peinture. En effet, dans le bassin et en contrebas, il a été constaté la présence de quelques résidus solides, semblables à des lamelles de peinture pour murs/plafonds de type acrylique.

Fontaine de l’Auget polluée le 16 mars 2021
Rû pollué le 16 mars 2021
Entrée de l’étang de la Cavée du Gué au lendemain (17 mars 2021)

La Police Municipale a effectué un constat, la municipalité représentée par le président de l’APEPP également conseiller municipal a déposé une plainte auprès de la Gendarmerie d’Orry-la-Ville. L’enquête est en cours afin d’identifier, poursuivre et faire condamner le(s) responsable(s) à l’origine de cette pollution. Le Parc Naturel Régional Oise-Pays de France bien sûr alerté, s’est associé au dépôt de plainte.

L’écoulement pollué a fini par se diluer en grande partie au long de son cheminement et finalement dans la nature, entrainé en cela par des précipitations conséquentes ce matin-là… mais l’impact de cette pollution reste à évaluer, avec un suivi de la végétation aquatique et surtout du milieu faunistique par les collectes bi-quotidiennes des amphibiens (barrages bénévoles PNR sur la route de Vémars), et notamment dans l’observation avisée d’une possible décoloration voire d’une dépigmentation de la peau des crapauds et grenouilles collectés.

Femelle de triton palmé le 16 mars 2021

Face à cet acte inconséquent d’incivilité particulièrement stupide et méprisable, l’APEPP attire la vigilance de toutes et tous, afin de ne pas tolérer de tels comportements, de les dénoncer systématiquement pour ne pas qu’ils se renouvellent ou les laisser impunis. D’ores et déjà, un renforcement de la surveillance est en cours et une modification de la vidéosurveillance dans ce secteur est à l’étude.

L’APEPP rappelle que la déchetterie de Plailly accueille un grand nombre de types de déchets :

– déchets dangereux spécifiques (peintures, solvants, produits phytosanitaires…) ;

– gravats, mobilier, métaux, déchets verts ;

– encombrants ;

– piles et accumulateurs ;

– huiles usagées, batteries, radiographies ;

– pneus (VL, non coupés, déjantés) ;

– DEEE (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques), lampes ;

– textiles, emballages en verre, plâtre, papier ;

Plus d’informations sur : https://www.smdoise.fr/dechetteries/dechetterie-de-plailly/