Une enquête publique démarre ce lundi 11 septembre, et se clôturera le vendredi 13 octobre 2017 (inclus). Cette enquête vise à recueillir les observations du public sur le projet de construction d’un entrepôt logistique sur des terres agricoles, à Vémars. Ce projet est porté par la société BT IMMO GROUP.

Selon son dossier de demande d’autorisation d’exploiter, la société BT IMMO GROUP, basée à La Courneuve, est issue du Family Office TAÏEB BENCHETRIT, groupe d’investisseurs privés acteurs du monde de l’immobilier en France. Cette société, spécialiste de la promotion immobilière, fonde son commerce sur l’investissement locatif dans le secteur des bâtiments industriels, logistiques et des locaux d’activités. Elle développe en particulier des projets d’immobilier logistique en France pour les besoins des utilisateurs (logisticiens, transporteurs, chargeurs).

La société BT IMMO GROUP souhaite construire un entrepôt logistique à Vémars, au Nord du parc d’activités baptisé « La Porte de Vémars », sur un terrain appartenant au groupe GSE, à l’emplacement représenté en rouge sur la carte ci-dessous, à l’Est de l’Autoroute A1.

Ce terrain est aujourd’hui une parcelle agricole, actuellement en friche, d’une surface de 128 367 m2, dont 87 739 m2 de constructible. L’emprise au sol des bâtiments est censée représenter environ 40 000 m2.

Devant être implanté à quelques kilomètres d’Aéroville et du futur « EuropaCity », cet entrepôt est censé accueillir :

des liquides combustibles ou inflammables : acétone, peintures, parfums, enduits, lasures, colles…
des produits composés de matières plastiques : appareils électroniques, jouets, outillage, CD, DVD, emballages produits
• des produits banals de grande consommation : biscuiteries, pâtes alimentaires, laits, eaux, vins, vaisselle, électroménager, outillage, jouets, articles sports
• des marchandises à base de bois : palettes, jouets bois, outillage, matériels de cuisine
• des papiers et cartons : livres, emballages carton, papiers

Ces activités nécessitent des installations spécifiques pouvant générer des nuisances et des risques pour l’environnement et les populations avoisinantes. L’établissement, s’il est autorisé, serait soumis à Autorisation.

Ce projet Vémarois est en limite géographique de Saint-Witz, et de plus, sous les vents dominants d’Ouest/Sud-Ouest. Plailly se trouve « juste derrière » la Butte de Montmélian. Si le flux thermique en cas d’incendie et le blast (ondes de surpression) en cas d’explosion n’impacteront pas le village, il en est beaucoup moins certain des fumées opaques et toxiques et autres nuisances olfactives si un incendie similaire à celui ayant frappé l’entrepôt CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques) à Moussy-le-Neuf il y a quelques années venait à se déclarer… 15 000 m2 d’un hangar de 45 000 m2 étaient alors partis en fumée…

L’APEPP déplore par ailleurs la consommation de terres agricoles, qu’un tel projet serait susceptible d’entraîner.

Dans le cadre de l’instruction de la demande d’autorisation d’exploiter, l’avis de l’autorité environnementale souligne d’ailleurs qu’il « est dommage que la recherche d’un terrain déjà aménagé n’ait pas été abordée dans la partie portant sur les solutions de substitution. En effet, la région étant confrontée à une problématique de réduction des terres agricoles, l’économie d’au moins 67 000 m2 d’aménagement urbain aurait été appréciée. »

Sur ce point, l’APEPP rappelle également la présence non loin de là des installations récentes de stockage de la société PANHARD, au Guépel, dont la surface est d’ores et déjà bien remplie… Il semblerait que le « Grand Paris » ne soit en train de devenir un ogre dont l’appétit augmente démesurément ! (cf. plans locaux d’urbanisme de certaines villes du Val-d’Oise, attribution des Jeux Olympiques…)

L’APEPP émet également des réserves quant au « diagnostic naturaliste », établi pour recenser les différentes espèces animales et végétales présentes sur la zone du projet.

En effet, alors que seule une étude sur un temps suffisamment long peut permettre de procéder à des observations représentatives en reflétant la réalité des activités faunistique et floristique au cours de l’intégralité du cycle des quatre saisons (printemps, été, automne, hiver), le diagnostic réalisé, ou plus exactement « prédiagnostic automnal », ne s’appuie que sur une seule et unique investigation de terrain, effectuée sur la matinée du 23 octobre 2016… Le rapport de synthèse, versé au dossier, n’a en outre pas été rédigé par la même personne ayant effectué cette investigation…

Extraits :

Nous vous invitons toutes et tous à consulter les pièces du dossier, accessibles sur le site de la Préfecture du Val-d’Oise à l’adresse :
http://www.val-doise.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-et-nuisances/ICPE-Installations-Classees-pour-la-Protection-de-l-Environnement/Enquetes-publiques/BT-IMMO-GROUP-SEPTEMBRE-2017

Vous pouvez également consulter ces pièces depuis le site de l’APEPP, en cliquant sur les liens ci-dessous :

DOSSIER DE DEMANDE D’AUTORISATION D’EXPLOITER
DOCUMENTS DU DOSSIER

ANNEXES DU DOSSIER
DIAGNOSTIC NATURALISTE
AVIS DE L’AUTORITE ENVIRONNEMENTALE
PLAN DE MASSE
COURRIER DE DEMANDE
RECEPISSE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

Si vous le souhaitez, vous pouvez faire part de vos observations lors des permanences du commissaire-enquêteur, à la mairie de Vémars :
• le lundi 11 septembre, de 9h00 à 12h00 ;
• le mercredi 20 septembre de 15h00 à 18h00 ;
• le samedi 30 septembre de 9h00 à 12h00 ;
• le vendredi 13 octobre, de 15h00 à 18h00.

Vous pouvez également adresser vos observations par email à l’adresse pref.icpe@val-doise.gouv.fr. Attention, « ne seront prises en considération que les observations ayant été envoyées avant la fin de la mise à disposition du public, la date portée automatiquement sur les messages électroniques faisant foi. »

Publicités